Latin Boogaloo

Boogaloo ou Bugalu (shing-a-ling, la musique pop-corn) est un genre de musique latine et de la  danse qui était très populaire aux États-Unis dans les années 1960. Boogaloo originated in New York city among teenage Cubans and Puerto Ricans. Boogaloo originaire de la vile de New York  parmi les adolescentes et les Cubains Portoricains. The style was a fusion of popular African american R&B, rock and roll and, soul with mambo and son montuno.
 Le style African american R&B, rock and roll and, est une fusion de la populaireet de la soul avec le mambo et le son montuno.



Boogaloo entered the mainstream through the american Bandstand  television program
Boogaloo entré dans le mainstream par l'Américan Bandstand émission de télévision.








Historique

In the 1950s and 60s, African Americans in the United States listened to a number of styles of music, including jump blues , R&B and doo wop . Dans les années 1950 et 60, les Afro-Américains aux États-Unis a écouté un certain nombre de styles de musique, y compris le saut de blues, R & B et le Doo Wop. Puerto Ricans in New York City shared in these tastes, but also listened to genres like mambo or chachacha . Portoricains de New York partagent ces goûts, mais aussi écouté les genres comme le mambo ou chachacha. There was much intermixing of Latinos, especially Puerto Ricans and Cubans, and African Americans, and clubs that catered to both groups tried to find musical common ground to attract both. Il y avait beaucoup d'intercaler des Latinos, en particulier les Cubains et les Portoricains, et les Afro-Américains, et les clubs qui répondent à ces deux groupes a essayé de trouver un terrain d'musicale pour attirer à la fois. Boogaloo was the result of this search, a marriage of many styles including Cuban son montuno and guajira , Puerto Rican/Cuban guaracha , mambo and most uniquely, American R&B/soul. Boogaloo est le résultat de cette recherche, un mariage de plusieurs styles cubain, y compris son montuno et guajira, de Porto Rico / Cuba guaracha, le mambo et le plus unique, R & B / soul.

Boogaloo can be seen as "the first Nuyorican music" (René López), and has been called "the greatest potential that (Latinos) had to really cross over in terms of music" (Izzy Sanabria). Boogaloo peut être considéré comme "le premier Nuyorican musique" (René López), et a été appelé «le plus grand potentiel que (Latinos) a dû traverser vraiment en termes de musique" (Izzy Sanabria). Styles like doo wop also left a sizable influence, through Tony Pabón (of Pete Rodríguez Band), Bobby Marín, King Nando, Johnny Colón and his vocalists Tony Rojas and Tito Ramos. Styles comme Doo Wop également laissé une influence importante, par l'intermédiaire de Tony Pabón (de Pete Rodríguez Band), Bobby Marín, Nando King, Johnny Colón et ses chanteurs Tito Rojas et Tony Ramos. Puerto Ricans (Herman Santiago and Joe Negroni) played a foundational role in the major doo wop group Frankie Lymon & the Teenagers . Herman Santiago was the author of the groups number 1 hit " Why Do Fools Fall In Love ". Portoricains (Herman et Joe Negroni Santiago) a joué un rôle fondamental dans les grandes Doo Wop groupe Frankie Lymon & the Teenagers. Santiago Herman est l'auteur des groupes numéro 1 hit "Why Do Fools Fall In Love".

Though boogaloo did not become mainstream nationwide until later in the decade, two early Top 20 hits came in 1963: Mongo Santamaria 's performance of the Herbie Hancock piece " Watermelon Man " and Ray Barretto 's "El Watusi". Bien boogaloo ne se généraliser au niveau national avant la fin de la décennie, deux premiers Top 20 hits sont venus en 1963: Mongo Santamaria d 'exécution du Herbie Hancock morceau "Watermelon Man" et Ray Barretto "s" El Watusi ". Inspired by these two successes, a number of bands began imitating their infectious rhythms (which were Latinized R&B), intense conga rhythms and clever novelty lyrics. Inspiré par ces deux succès, un certain nombre de groupes ont commencé en imitant leurs rythmes infectieuses (qui ont été latinisée R & B), intense conga rythmes et intelligente nouveauté paroles. Some long-time veteran Latin musicians played an occasional boogaloo number, including Perez Prado and Tito Puente , but most of the performers were teenagers like The Latin Souls, The Lat-Teens, Pucho & His Latin Soul Brothers , Joe Bataan , Joe Cuba Sextet , and The Latinaires. Certains depuis longtemps vétéran latine musiciens occasionnels boogaloo joué un certain nombre, y compris Perez Prado et Tito Puente, mais la plupart des artistes interprètes ou exécutants étaient des adolescents, comme le latin Souls, The Lat-Teens, Pucho & His Latin Soul Brothers, Joe Bataan, Joe Cuba Sextet , et La Latinaires.

The older generation of Latin musicians have even been accused of initially using their influence to repress this youth-oriented movement. L'ancienne génération de musiciens latine ont même été accusés d'avoir d'abord user de leur influence pour réprimer ce mouvement axée sur les jeunes. The term boogaloo was probably coined in about 1966 by Richie Ray and Bobby Cruz . Le terme boogaloo a probablement été inventée en 1966 par le sujet de Richie Ray et Bobby Cruz. The biggest boogaloo hit of the 60s was "Bang Bang" by the Joe Cuba Sextet , which achieved unprecedented success for Latin music in the United States in 1966 when it sold over one million copies. Le plus grand boogaloo hit des années 60 était "Bang Bang" par le Joe Cuba Sextet, qui a permis une réussite sans précédent pour la musique latine aux États-Unis en 1966 quand elle a vendu plus d'un million de copies. Other hits included Johnny Colón’s "Boogaloo Blues," Pete Rodríguez’s "I Like It Like That," and Hector Rivera’s "At the Party". Autres visites incluses Colón Johnny's "Boogaloo Blues», Pete Rodríguez "I Like It Like That", et Hector Rivera's "A la partie". Boogaloo also spread to Puerto Rico, where top band El Gran Combo released some material. Boogaloo aussi étendre à Porto Rico, où la bande top El Gran Combo publié du matériel.



Bien que l'engouement pour la danse a été par le début de la décennie, boogaloo était assez populaire que presque tous les grands et les petits artistes de la danse latine a enregistré le temps au moins quelques boogaloos sur leurs albums.

The same year as Joe Cuba's pop success, 1966, saw the closing of New York City's Palladium Ballroom , a well-known venue that had been the home of big band mambo for many years. La même année que Joe Cuba succès pop, 1966, a vu la fermeture de la ville de New York Palladium Ballroom, un lieu bien connu, qui avait été la maison du big band mambo de nombreuses années. The closing marked the end of mainstream mambo, and boogaloo ruled the Latin charts for about two years before salsa music began to take over. La clôture a marqué la fin des principaux mambo, boogaloo et jugé latine charts depuis environ deux ans avant la musique salsa a commencé à prendre la relève.

Boogaloo remains extremely popular to this day in Cali , Colombia , where the genre is played extensively, along with salsa and pachanga , in various FM and AM radio stations and hundreds of dance clubs. Boogaloo reste extrêmement populaire à ce jour, à Cali, en Colombie, où le genre est largement joué, avec la salsa et la pachanga, en FM et AM diverses stations de radio et des centaines de clubs de danse. Caleños sometimes speed up Cha Cha Cha and Boogaloo tunes from 33 to 45 RPM to suit the tastes of the dancers there for faster music. Caleños parfois accélérer Cha Cha Cha Boogaloo airs et de 33 à 45 tours pour s'adapter aux goûts des danseurs il ya plus rapide pour la musique.


 








Guem
Cet homme m'a donné le goût et le plaisir de jouer des instruments de percussions.

"La musique appartient à tout le monde et comme j'aime à le dire, le rythme n'est pas noir… chaque être a quelque chose à donner, mon but est de le réveiller"
 
Difficile de présenter en quelques lignes un artiste aussi complexe, capable de jouer pratiquement de toutes les percussions.
Descendant des esclaves nigériens amenés au siècle dernier dans le sud de l'Algérie, Guem sera plongé dès son plus jeune âge dans l'univers de la percussion. Sa tradition familiale centrée autour de la musique de transe lui livrera les grands secrets du diwan.
Arrivé en France dans les années 60 pour entamer une carrière de footballeur professionnel, il s'apercevra très rapidement que son avenir sera intimement lié à celui des peaux.

Après un passage au Centre Américain de Paris qui lui permettra de jouer avec la fine fleur des jazzmen Français et Américains, il décidera d'entamer une véritable carrière non plus en tant qu'accompagnateur mais en véritable chef d'orchestre des percussions.
 
Avec plus d'une trentaine de disques sortis depuis le milieu des années 70, des milliers de cours de danse et de percussions, des concerts à travers le monde entier, Guem conserve toujours la même volonté : offrir à la percussion une véritable place mélodique dans l'univers musical (et non pas exclusivement rythmique).
Entre force et douceur, mélodie et rythme, joie et tristesse, spiritualisme et passion Guem reste un personnage à part dans le monde des percussions.


Vers 1978 j'a commencé à apprendre les percussions avec sa méthode et ce avec un album sorti en 1978
Guem&Zaka percussions














Par la suite, avec la rencontre d'un musicien venat des caraïbes * Daniel * je me suis perfection avec les claves pour mieux connaître le tempo et avoir (le son) en moi.
Il y a tellement diverses rythmiques qu'il m'a fallu au moin 4 ans de pratique pour enfin pouvoir dire je joue des percussions
en amateur** au club dit le Machado dans le vieux quartier de Bruxelles.
J'ai même eu l'honneur de faire une jam avec Monsieur Moustaki lors d'un passage en Belgique de son retour d'Amérique du Sud.

Ci-dessous je vous propose une vidéo de Guem et une d'un très grand percussioniste de salsa: Carlos Patato






En Belgique la fièvre de la musique Latin (Salsa) fera ses débuts vers 1978-79 à Bruxelles et Anvers grâce à l'immigration de musiciens professionels ou amateurs de provenance du Chili-Cuba-Panama-Salvador-Vénézuela et j'en passe....
Bien entendu je ne parle pas des sons classic comme la rumba, la bossa voir même le chachacha qui était déjà connu à Paris Milan Berlin Bruxelles...... ainsi que le latin jazz (les grands classics)
Non là je vous parle d'une fièvre celle que nous écoutons encore maintenant la salsa new yorkaise celle qui suivi la révolution de cuba * Celia Cruz-Tito Puente *
Par la suite elle fera la une des journaux et programme TV et va s'épendre à travers l'europe voir même au delà du mur de Berlin.
Pour info: une région très imprégnée par cette musique est Salento (sud d'Italie) qui a même sa propre radio Latin (Radio Salentino).
Je vous laisse découvrir par vous même en écoutant quelques sons mis sur le jukebox mis à votre disposition.
Cordialements bata002
 


Ne pas oublier les origines!!! cette video vous en dira plus

La salsa colombiana
voici la version par le groupe

Encore un grand nom de la salsa colombiana* Oscar D' Léon * en concert avec Frankie Ruiz.......


 
click sur le logo pour écouter la radio


Remarquablement bien présenté (livret en anglais, espagnol, français) cet album destiné à un large public présente un court panorama de quelques grands noms de latin jazz, union de la musique afro-cubaine et du jazz dans les années 1940 à New York.

 
Latin Jazz Compilation
Putumayo Music

De ces extraits de disques référencés, on retiendra les interprétations de l’orchestre de Machito en compagnie de l’immense saxophoniste alto Cannonball Adderley, des trompettistes Doc Cheatham et Joe Newman, de celles du « Roi du mambo » Tito Puente, du « Parrain du Latin Jazz » Ray Barretto et sa version du Summertime de George Gershwin (on aurait aimé connaître le nom du flûtiste). Le pianiste Hilton Ruiz se produit en petite formation très vivifiante dans laquelle on note les présences de Yomo Toro, virtuose du cuatro, du portoricain Dave Valentin et du vibraphoniste Jay Hoggard. Moins connu du grand public sont Manny Oquendo dont le jeu au bongo et aux timbales dédié au tipico, tout aussi effréné que raffiné, fit vibrer tous les grands clubs de New York et le trompettiste Alfredo « Chocolate » Armenteros, grand improvisateur mélodique.

Bouquet final avec l’association d’un autre trompettiste, Brian Lynch avec le pianiste et chef d’orchestre Eddie Palmieri avec une trop courte apparition du saxophoniste Phil Woods dans ces arrangements cuivrés et complexes qui ont fait la réputation internationale justifiée des différents groupes d’Eddie Palmieri.

Un album qui devrait satisfaire les amateurs de salsa, de ce latin jazz qui depuis plus de soixante ans représente « la combinación perfecta », autrement la combinaison parfaite.


> LATIN JAZZ COMPILATION - Putumayo World Music Put 265-2

  • 1/ MACHITO with CANNONBALL ADDERLEY. Congo Mulence
  • 2/ PONCHO SANCHEZ. El Sabroson
  • 3/ TÓMAS EINARSSON. Rumdrum
  • 4/ TITO PUENTE. Cha Cha Cha
  • 5/ CHICO ALVAREZ. La Clave, Maraca y Güiro
  • 6/ RAY BARETTO. Summertime
  • 7/ HILTON RUIZ. Steppin4 with T.P.
  • 8/ MANNY OQUENDO & LIBRE. Cuando Se Acabara
  • 9/ CHOCOLATE ARMENTEROS. Trompeta en Montuno
  • 10/ THE BRIAN LYNCH / EDDIE PALMIERI PROJECT. Guajira Dubois

Album dédié au pianiste Hilton Ruiz mort à La Nouvelle Orleans (1952-2006)


Listening Los Combos - El Minor Nino Listening Ray Lindsay - Quiet Village